projets de longue durée

Enregistrement

B. Ferneygough, J. Alain, A. Fachard

Projet d'enregistrement avec des pièces de Antoine Fachard comme un premier miroir concentrique ..., Jehan Alain, Trois danses et Brian Ferneyhough, Sieben Sterne. 

Les sessions d'enregistrement ont été réalisées en été 2018.

Le CD sera publié début 2021 chez

 

La cohabitation de ces trois pièces brûlantes promet un CD interrogateur. La musique choisie est pointue tout en étant intime et très émotive.  Elle tend à explorer un continent inexploré, irréel et pourtant si présent.

EDDUKVÆÐI

L’Eddukvæði est un recueil de poèmes en norrois – équivalent à l‘islandais moderne à peu de choses près – écrit ou compulsé par Snorri Sturlusson au XIIIe s. relatant la mythologie scandinave, et notamment les péripéties des Niflungar. L‘Eddukvæði est donc la source la plus ancienne des sagas composant p. ex. le grand cycle du Ring de Richard Wagner. L‘histoire est intéressante pour sa course effrénée pour la possession du pouvoir, de la richesse et de l‘amour. Rien, dans ces manuscrits, ne se fait dans l‘honneur et la transparence. Les Dieux eux-mêmes commettent l‘erreur initiale, en volant l‘or d‘Andvarí, qui lancera une malédiction sur l‘un des anneaux du trésor.

Le choix d‘une saga en islandais a été motivé par les sonorités de la langue : les assonnances dont est faite sa poésie, les consonnes constrictives unique à cette expression et la musicalité de la prononciation ont attiré ma créativité. Le sens des mots est placé au second plan. C‘est pourquoi j‘ai décidé d‘utiliser un proto-islandais, qui ne signifie presque rien. L‘intention dans la voix de l‘interprète fait le reste.

La production de partitions est inspirée des enluminures du haut moyen-âge, ainsi que certaines partitions produites durant l‘Ars Subtilior. Présentées sur de grands folios, elles placent dans l‘espace les mouvements et la musique. La scène devient à trois reprises un „Ring“ de combat, une arène où la violence n‘est pourtant jamais représentée dans son entière horreur ; joué „en coulisse“, le meurtre n‘est pas révélé, mais suggéré. De même, les rôles ne sont pas attribués à un interprète unique. Suivant l‘emplacement où il se trouve, le musicien endosse le rôle du personnage demandé. Ainsi, l‘argument n‘est pas au centre, il est plutôt prétexte à une considération musicale. La distance augmente l‘intrigue sans la rendre explicite.

Eddukvæði a été créé dans une version pour trois musiciens (Johannes Feuchter, Rea Dubach et Samuel Cosandey) sur scène le 7 septembre 2018 à 07:00, dans le cadre du projet « out of space » du Musikfestival Bern 2018.

Le prochain but de ce projet est d'adapter la pièce à un plus grand effectif et de composer deux tableaux en sus permettant de compléter l'argument de la pièce.